Vous n’êtes pas paresseux ou indiscipliné. Vous avez une résistance interne.

Homme paresseux

Vous est il déjà arrivé de vous sentir paresseux sur une tâche à accomplir ou de vous réveiller en vous disant : « Aujourd’hui, je vais vraiment faire ce que je veux« , et puis… vous ne le faites pas. D’une certaine manière, la journée passe, puis il est 23 heures et vous n’avez toujours pas fait ce que vous deviez faire, et vous avez l’impression que vous pourriez aussi bien aller vous coucher et recommencer demain, mais vous avez déjà l’horrible sentiment que vous ne le ferez pas non plus. Et voilà, le cycle se répète.

Pourquoi vous n’y arrivez pas, et que faire à la place ?

Ce cercle infernal du pourquoi je ne peux pas le faire peut se produire chaque fois que vous essayez de faire quelque chose qui vous tient à cœur, qui est important et d’une certaine manière nouveau. Et lorsque le cycle s’enclenche vraiment, vous pouvez vous retrouver en proie à un dégoût de soi si corrosif et débilitant qu’on ne le souhaiterait pas à son pire ennemi.

Ce qui est logique. Pourquoi n’éprouveriez-vous pas de la haine de soi lorsque, chaque jour, vous violez une promesse que vous vous êtes faite sur quelque chose d’important pour vous, que vous ne savez pas pourquoi, que vous ne pouvez pas vous arrêter et que vous n’avez personne d’autre à blâmer parce que VOUS VOUS FAITES TOUT TOUT SEUL pour une raison mystérieuse que vous ne comprenez même pas ?

Pour la plupart des gens, la réponse à ce cycle torturant de l’inaction réside également dans ce qui ne va pas chez nous : nous sommes paresseux, improductifs, irresponsables, nous sommes devenus dépendants de nos téléphones, nous sommes des procrastinateurs, nous ne méditons pas, bla bla bla.

Dans le monde du coaching, c’est notre « cerveau de lézard » qui nous empêche de suivre l’évolution humaine qui est notre droit de naissance. En fait, ce qui nous empêche de faire ce que nous voulons, c’est quelque chose qui ne va pas en nous ou dans notre comportement, quelque chose qui doit être contrôlé, éradiqué, apprivoisé, laissé de côté ou remis à sa place.

Vous n’êtes pas paresseux. Vous n’êtes pas indiscipliné. Vous n’êtes pas irresponsable. Vous ne souffrez pas d’un mystérieux « je ne peux pas le faire ».

Vous faites l’expérience de la résistance interne. Et la résistance interne n’est pas un défaut, ni un pouvoir. C’est une facette de la créativité et de la croissance humaine, et elle peut être gérée. Mais nous devons commencer par la reconnaître pour ce qu’elle est.

Qu’est-ce que la résistance interne ?

Femme Resistance edited

Dans son livre The War of Art, l’écrivain Steven Pressfield désigne « la Résistance » comme la force qui nous empêche d’utiliser nos talents. La Résistance est une force hostile mystérieuse, un ennemi qu’il faut vaincre. Dans l’imagerie de Pressfield, nous passons chaque jour à combattre la résistance dans une bataille éternelle, aussi intemporelle qu’interminable.

Oui, la résistance est intrinsèque à l’utilisation de vos talents, et il faut l’affronter quotidiennement. Mais ce n’est pas une force sinistre d’un autre monde qui nous pourrit l’existence. Et la traiter comme un ennemi extérieur à combattre est à la fois un effort perdu et une opportunité manquée.

La résistance interne n’est pas une tendance indépendante et intrinsèquement malveillante de l’univers. Ce n’est pas le côté obscur ! C’est une partie de nous, et elle pousse dans le même sol que tous les talents, compétences et objectifs que nous avons : notre cerveau, notre histoire personnelle, nos familles et notre culture.

Parce que ce sol est unique pour chacun d’entre nous, la résistance interne de chaque personne a ses propres causes, saveurs et effets. Mais ce que toute expérience de résistance interne partage, c’est une prédiction et une peur de la douleur.

La résistance interne est une tentative d’éviter la douleur que nous associons à la réussite de l’action.

Les causes de cette douleur sont aussi individuelles que nous le sommes, mais elle peut être aussi liée à une sorte de perte prévue d’amour et de connexion, qu’il s’agisse de l’amour des autres ou de l’amour pour soi-même. Ce qui est logique : quoi d’autre serait assez universellement terrifiant pour que nous bloquions nos propres talents et objectifs pour l’éviter ? Que pouvez-vous faire de votre résistance interne ?

Si vous voyez la résistance interne de cette façon, vous comprendrez alors pourquoi l’aborder par des idées de paresse ou d’indiscipline est si inutile. La résistance interne n’est pas paresseuse – elle est même sacrément énergique ! Il faut beaucoup de travail pour repousser notre désir d’avancer vers notre objectif, jour après jour.

Et si nous essayons d’utiliser la discipline pour augmenter notre mouvement vers le but, nous nous retrouvons avec une autre version du même problème, parce que nous augmentons finalement la résistance : plus il semble que nous allons atteindre la ligne d’arrivée, plus la peur est grande et plus la résistance est forte.

En fait, nous sommes déjà enfermés dans une lutte mentale acharnée, et essayer d’appliquer une discipline ne fait que renforcer la résistance des deux côtés.

Alors, que pouvons-nous faire à la place ? Voici quelques pistes pour commencer :

Fillette Apprentissage edited

1. Reconnaissez que la résistance interne est de votre côté.

Une partie de ce qui est si terrible dans le cycle de l’inaction est qu’il semble si autodestructeur. Mais la résistance interne ne veut pas nous détruire ; elle veut littéralement faire l’opposé ! Elle n’existe que pour nous protéger de la douleur. Vous n’êtes pas autodestructeur. Vous avez simplement deux idées profondément ancrées et fondamentalement contradictoires sur ce qui est le mieux pour vous : faire la chose et ne pas la faire.

2. Soyez curieux au sujet de cette douleur qui inquiète tant votre cerveau.

Lorsque nous comprenons exactement quelle douleur nous craignons et pourquoi, nous pouvons travailler à réduire ces craintes. C’est pourquoi traiter la résistance comme une force extérieure opaque est une erreur. La résistance interne n’est pas inébranlable – elle réagit à la raison, aux scénarios alternatifs, à la nécessité de faire de la place aux émotions qui semblent si menaçantes – mais pour la vaincre, vous devez comprendre son contenu particulier pour vous.

3. Négociez.

Il se peut que vous ne soyez pas en mesure de comprendre immédiatement ce qui motive votre résistance interne, et même une fois que vous y parvenez, cela peut prendre un certain temps pour trouver un moyen de répondre à vos peurs et à vos inquiétudes concernant la douleur à venir. En attendant, nous vous suggérons de marchander. Votre résistance interne vous permettra-t-elle de travailler pendant 10 minutes ? Pourquoi pas cinq ?

Si vous ne pouvez pas travailler de manière formelle, Pourriez-vous parler au téléphone ? Que diriez-vous d’un brainstorming dans la baignoire ? Vous pouvez créer tellement d’espace dans votre cerveau en passant simplement de « Je dois faire preuve de volonté pour arrêter d’être si mauvais et paresseux » à « J’éprouve beaucoup de résistance interne, laissez-moi être inventif pour travailler avec elle aujourd’hui ».

4. Reconnaissez que vous n’êtes pas seul dans cette situation.

Même si la résistance n’est pas une force surhumaine, Pressfield a raison de l’envisager comme un phénomène qui touche la plupart d’entre nous. Oui, il y a de rares personnes qui n’éprouvent pas – ou du moins ne semblent pas éprouver – beaucoup de résistance interne, qui semblent simplement produire et produire. Mais nous sommes prêts à parier que vous ressemblez aussi à ce genre de personne pour quelqu’un dans votre vie.

Écouter sa résistance.

Il y a une autre raison pour laquelle nous devrions traiter la résistance interne comme une forme de sagesse plutôt que comme un adversaire malveillant. Elle détient beaucoup de connaissances sur ce que nous croyons secrètement être capable de faire. Par exemple, votre cerveau ne serait pas aussi effrayé par le coût de votre action s’il pensait que vous alliez faire quelque chose d’oubliable et d’insignifiant.

De même, il peut être utile de se rappeler que la force de votre résistance interne est également une mesure de votre volonté réelle de faire le travail, quel que soit le nombre de jours où vous n’y parvenez pas. La seule raison pour laquelle la lutte acharnée n’est pas terminée – la seule raison pour laquelle chaque jour semble si tendu – c’est parce que vous continuez à tirer vers votre objectif, parce que vous avez les pieds sur terre.

graph or wooden steps on wooden background business success strategy goals concept

Il faut admettre que c’est épuisant et triste parce qu’on a l’impression que quel que soit le côté gagnant, une partie de nous va perdre. Mais c’est pourquoi nous travaillons pour comprendre la résistance interne.

Et si par exemple vous ressentez par moment de l’anxiété, cet article devrait également vous aider.

Lorsque nous y parvenons, nous pouvons arrêter de tirer sur la corde et commencer à faire face aux mines émotionnelles dont une partie de nous est si sûre qu’elles nous attendent. Parfois, les peurs s’avèrent être imaginaires, et parfois la douleur est bien réelle. Mais dans tous les cas, elles deviennent une partie de l’expérience de la chose que nous voulons faire, plutôt qu’un obstacle à sa réalisation.

EBOOK GRATUIT
41 Leçons de Croissance Personnelle tirées de Livres Célèbres

JE VEUX RECEVOIR L'EBOOK
Remplissez le formulaire pour le recevoir. Nous ne diffuserons aucunement vos informations.
close-link